Galerie

TWIZA – chantiers participatifs

 

 

Il nous semblait important d’évoquer le site TWIZA sur notre blog.

En effet, c’est grâce à ce site que nous avons des stagiaires bénévoles sur notre chantier.

Pour rappel, un chantier participatif est un chantier profitable aux 2 parties, que ce soit le propriétaire du chantier ou le « stagiaire ».

Depuis un mois, nous avons pu compter sur la présence et l’aide précieuse de :

  • Benjamain (et ses enfants)
  • Caroline
  • François
  • Jef
  • Nicolas
  • Morgane

Plusieurs autres personnes doivent venir, telles que :

  • Rémi
  • Hemcie
  • Armelle
  • Romain

Les stagiaires viennent pour apprendre des techniques qu’ils ne connaissent pas, dont ils ont entendu parler -ou pas- et qu’ils aimeraient mettre en place dans leur futur projet de construction pour certains, d’autres pour enrichir leurs connaissances.

Il s’agit de stagiaires qui pour la plupart ne travaillent pas du tout dans le métier du bâtiment.

Ils ressortent de ces chantiers souvent avec des connaissances, des points de vue…

Ils ont donné de leur temps gratuitement. Ils auraient pu également participer à un stage payant encadré par un professionnel pour avoir ce genre d’expérience.

———————————————————————————————————

De l’autre côté, le propriétaire du chantier accueille, héberge, nourrit les stagiaires. Il leur explique son projet depuis le début, les étapes par lesquelles il est passé, le cheminement avant projet, pendant la construction, ce qui sera fait par la suite.

Il guide les stagiaires dans les missions qu’il leur donne, les conseille, s’intéresse au projet du stagiaire et peut le conseiller.

C’est une main d’œuvre gratuite qui permet d’avancer plus vite sur le chantier.

C’est un moment d’échange, d’ouverture d’esprit où l’on rencontre des personnes de tous horizons :

  • ancienne infirmière future exploitante de cidre, miel, fruits rouges dans le sud finistère (Guingamp actuellement)
  • Intermittent du spectacle venant d’acheter une maison à rénover (Lannion)
  • Architecte récemment diplômé souhaitant voir un peu plus ce qui se passe sur le terrain (Angers)
  • menuisier entrant prochainement en formation éco construction (Morlaix)
  • Ingénieur thermicien souhaitant auto-construire une partie de sa maison (Tours)
  • Animatrice Nature souhaitant éventuellement auto-construire un dôme Ker Terre, qui souhaite pourquoi pas devenir éleveuse de chèvres ou brebis pour produire du fromage et qui a simplement envie d’apprendre tout un tas de choses… (Brest)

Les prochaine personnes à venir sont de Blois, Avignon, Bordeaux…………………………………

En bref, Twiza, c’est juste trop top !

 

Publicités
Galerie

Installation du Freine vapeur pour isolation toiture

 

Avant d’entamer les enduits de corps à l’étage, il est nécessaire d’anticiper l’étanchéité de la toiture. En effet, tout comme pour le RDC, il est important d’intégrer le freine vapeur dans l’enduit.

Nous avons fixé des tasseaux le long des poutres caissons pour maintenir le freine vapeur lorsque celui ci recevra la ouate de cellulose.

Et pendant que certains construisent une maison, des petits doigts construisent une Tour Eiffel en Kapla 🙂

Un grand merci à Morgane pour sa Participation 🙂

Enduits de corps RDC – Dernière partie :)

Voilà, les enduits de corps du RDC sont terminés.

Nous avons du, avant de terminer l’enduit, installer l’entourage pour lequel nous avons utilisé du « Tri pli épicéa » comme l’appelle notre fournisseur, ou bien du « lamellé collé en épicéa »…

Nous avons également géré l’étanchéité à l’air.

Un grand merci à Alan et Morgane qui nous ont aidé sur cette partie 🙂 pendant que je profitais de ma copine et des loulous !!!!! 🙂

Détails étanchéité murs terre paille

Lors de la réalisation des enduits, nous avons profité d’avoir du monde pour « monter les murs ».

Nous nous sommes gardé les parties plus délicates par la suite.

Etant donné que l’enduit sert de freine vapeur principal pour l’étanchéité a l’air de la maison, il est nécessaire que celui ci soit rattaché au freine vapeur  Intello + que nous utilisons pour le reste.

Pour se faire, nous avons découpé des lés de freine vapeur (13cm de hauteur), que nous avons collé au pare pluie déjà présent entre le RDC et l’étage depuis le montage de l’ossature.

Nous avons fait dépasser environ 6cm de freine vapeur dans lequel nous avons découpé des franges afin que celles-ci soient prises entre 2 couches d’enduits solidaires.

Nous renforçons cette zone sujette à plus de fissurations par un treillis de fibre de verre de mailles d’1 cm.

Pour la partie basse du mur, nous viendrons nous rattacher dessus lorsque nous mettrons en place le freine vapeur sur le sol avant l’installation du parquet.

Récapitulatif des étapes :

-1 : Mettre de la terre contre la fibre de bois

-2 : Plaquer les franges de freine vapeur Intello + en passant la main dessus pour faire ressortir la terre et permettre que cela « colle » bien.

-3 : Remettre une épaisseur de terre peu fibrée

-4 : ajouter une bande de treillis de fibre de verre pour assurer une bonne accroche et éviter les fissures

-5 : Terminer avec une dernière épaisseur de terre et lisser pour rattraper le niveau de l’enduit déjà présent

 

Merci à Caroline et Nicolas qui étaient présents avec nous pour cette étape ainsi qu’à Clément pour ses conseils.

Merci aussi à Mr Tom qui a adopté sa super cabane pour faire sa sieste et nous permettre de travailler pendant ce temps.

 

Galerie

Préparation Pelouse

L’automne arrivant, il était temps de songer à la pelouse, si l’on veut qu’elle soit robuste lors de notre arrivée dans la maison, mais surtout qu’elle résiste aux passages répétés d’Etincel.

Nous avons longuement hésité quand au choix du gazon. Nous en voulions un qui ne nécéssite pas un entretien régulier (pour des questions de contraintes – on se laisse vite déborder – et de consommation d’essence), qui ne soit pas très haut, et qui soit résistant au piétinement.

Nous nous sommes donc tournés vers du Trèfle Micro nain « Pipolina ». Nous appréhendons un peu car c’est assez peu courant, la plupart des gens mettent du gazon rustique, mais qui demande  un entretien régulier. Mais a priori, cela devrait nous convenir…

Nous avons donc commencé par tondre l’herbe qui avait naturellement poussé sur le terrain après le terrassement en mettant le panier sur la tondeuse pour récupérer les graines afin qu’elles ne retombent pas sur l’herbe.

Nous avons commencé à ramasser des cailloux ( il y en a beaucoup ).

Nous avons ensuite loué un motoculteur afin de casser la terre et re sortir de gros cailloux – Merci à Marjorie pour sa participation  de ramassage de cailloux 🙂

Nous avons ré-égalisé la terre pour avoir une pelouse la plus plane possible même si ça ne peut pas être parfait. Nous avons passé un gros rouleau pour tasser un peu la terre.

Nous avons ensuite divisé le terrain ainsi que le sachet de gazon pour le répartir de manière uniforme.

Une fois le gazon semé, nous avons repassé le rouleau pour enfoncer les graines dans le sol.

Nous avons arrosé le terrain à 2 reprises.

Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre…

Silence, ça pousse…. ( en tout cas on éspère !)